Karl Fürer se remémore son passage chez Tilsiter

Ci-après, Karl Fürer – ancien président de Tilsiter Marktordnung (1996-1998) et de l’IP Tilsiter Switzerland GmbH (1999-2007), se souvient de son histoire avec Tilsiter ainsi que des changements qui, en particulier dans les années 1990, ont été décisifs pour la marque. À l’époque, il s’agissait également de déterminer le plus important: le prix ou la quantité de fromage produit? Sans oublier la fameuse anecdote où les Russes ont tenté de conquérir le marché avec leur propre variante de Tilsit – échouant lamentablement, ce faisant.

Mon rapport au Tilsit suisse est très étroit et ce fromage m’a accompagné pratiquement toute ma vie. En commençant par mon enfance, dans la fromagerie de mes parents. Dans les années 1950, mon père commercialisait deux variétés de fromages. Outre l’emmental de production maison, il proposait également le délicieux Tilsit de la fromagerie voisine. Aujourd’hui, cela est quasiment inimaginable. Ensuite, lors de ma première année d’apprentissage auprès de la famille Egger, à Moos-Istighofen, j’ai appris à fabriquer moi-même le Tilsit, sous la supervision de mon maître d’apprentissage. C’est avec une grande fierté que, avec l’aide d’un auxiliaire, j’ai produit du Tilsit de qualité même pendant l’absence de mon maître d’apprentissage, alors qu’il effectuait son service militaire.
Dans les années 1970, j’ai travaillé pendant quatre ans comme collaborateur administratif pour les fromages à pâte molle et mi-dure dans le département publicitaire de l’UCPL, à Berne. Grâce à des dégustations et à des démonstrations, les consommateurs ont été séduits par l’excellente saveur des Tilsit suisses rouge et vert dans les fromageries et les centres commerciaux.

Changements marquants dans les années 1990

Pendant les 12 années à la présidence de l’Interprofession, de 1996 à 2008, j’ai participé aux activités Tilsiter avec beaucoup d’engagement et de passion. Avec le recul, ce fut une période intéressante, variée et accompagnée de nombreux changements. Suite à la libéralisation du marché, la Tilsiter Marktordnung (TMO) a été supprimée en 1998 pour faire place à la nouvelle Interprofession Tilsiter Switzerland GmbH. La fondation et l’organisation de la nouvelle organisation faîtière pour Tilsiter Switzerland ont été opérées par Bruno Buntschu, ancien directeur de la Marktordnung, et l’ensemble des membres de cette dernière. En particulier, nous avons réussi à assurer à l’Interprofession la participation financière à parts égales de toutes les parties prenantes, à savoir les producteurs de lait, les fabricants de fromage et les entreprises commerciales, et à les convaincre de participer activement aux comités responsables.

«Maintenant que je suis à la retraite, j'ai l’impression de replonger en plein dans l’action quand j’achète et que je déguste un Tilsit vert doux ou un Tilsit rouge corsé.»

Je me souviens également d’une discussion au sujet des prix et des quantités avec le directeur de Coop de cette époque-là. Sa vision était on ne peut plus claire: si l’économie laitière et l’agriculture parviennent à maîtriser les quantités, elles pourront également donner le ton en matière de prix. À l’époque, la politique officielle des responsables de l’économie laitière avait toutefois tendance à accorder la priorité à la quantité plutôt qu’au prix. Au fil du temps, une remise en question a cependant eu lieu et les quantités de fromage à produire ont été adaptées aux ventes.

Grand raffut médiatique à cause des Russes

En 2007, suite à l’ouverture du marché du fromage, l’annonce de la commercialisation imminente en Suisse d’un «Tilsitskij» russe, suivie d’une rétraction pour cause de difficultés nébuleuses, a provoqué un véritable tollé médiatique. Bien entendu, il s’agissait de «fake news» diffusées dans le cadre d’une opération marketing. Les médias ont malgré tout relayé l’affaire et l’ont mise en scène comme une «guerre du fromage» dans laquelle l’Interprofession Tilsiter Switzerland a finalement eu gain de cause en invoquant l’abus de marque. L’immense présence médiatique qu’a connue le Tilsit suisse dans ce contexte fut un épisode unique en 114 ans d’histoire à ce moment-là. L’écho des consommateurs, se ralliant unanimement à la cause de notre Tilsit national, s’est avéré extraordinaire.
Maintenant que je suis à la retraite, j’ai l’impression de replonger en plein dans l’action quand j’achète et que je déguste un Tilsit vert doux ou un Tilsit rouge corsé. Je m’intéresse de près aux activités et me réjouis des idées et de la présence percutante du Tilsit suisse.

Fake news ou guerre du fromage? Dans la prochaine partie de notre historique, nous vous dévoilerons de quoi il retourne au juste, avec quelle subtilité l’opération a été menée et pourquoi les responsables de ce canular ont passé d’innombrables nuits blanches.

 

Source

brochure anniversaire

Commentaires

Pas de commentaires

Écrire un commentaire

* Champs obligatoires